La Toupie  >   Toupliographie   >   Les animaux malades du consensus

 "Toupliographie" 

La bibliographie de la Toupie

Les animaux malades du consensus

Gilles Châtelet

Editeur : Nouvelles éditions Lignes

Préface : Catherine Paoletti.

2010 - 256 pages - 17 euros*  -  ISBN-13 : 978-2355260407


Présentation de l'éditeur :

Pour commémorer le dixième anniversaire de la mort de Gilles Châtelet, auteur du fameux essai critique Vivre et penser comme des porcs, paru en 1998, les Éditions Lignes publient le recueil de ses interventions et textes politiques inédits ou devenus introuvables.

Voilà dix ans, le mathématicien et philosophe Gilles Châtelet publiait un essai singulier et prophétique, dont le titre retentit encore : Vivre et penser comme des porcs. De l'incitation à l'envie et à l'ennui dans les démocraties-marchés, (Éditions Exils, 1998, puis Folio actuel, 1999, régulièrement réimprimé depuis).

Vivre et penser comme des porcs était l'un des premiers à analyser, avec la rigueur du scientifique, la verve du polémiste et la patience du philosophe, le processus de domestication généralisée imposé par ce qu'il était alors convenu d'appeler le "nouvel ordre mondial", ordre qu'il nomme tantôt "cyber-mercantile", tantôt "démocratie-marché". Ce faisant, il ouvrait la voie aux philosophes, qui, après lui, pourfendent la démocratie en montrant combien elle est soluble dans l'économie de marché. Gilles Châtelet en appelait à la constitution d'un front du refus fondé sur une philosophie de combat : "Nous devons vaincre là où Hegel, Marx et Nietzsche n'ont pas vaincu..."

Ce livre, publié juste avant qu'il ne se donne la mort, au début juin 1999, était l'aboutissement d'une longue maturation, le fruit d'expériences, de rencontres qui avaient nourri sa tendance naturelle à la révolte et aiguisé son esprit de résistance à toutes formes de répression : politique, philosophique ou institutionnelle, partout où l'irréductibilité vertigineuse et "l'innocence du quelconque" peuvent être mises à mal au nom du dogmatisme, de l'idéologie, de la pensée et du système uniques.

Gilles Châtelet avait commencé de rendre publique ses critiques du consensus dès les années 1980 (les années Mitterrand ; il est sans doute, là encore, l'un des premiers à avoir décelé le consensus auquel se livrait la gauche de gouvernement). Ce sont ces interventions et articles, depuis devenus introuvables, ou les textes restés inédits que nous réunissons sous le titre : Les Animaux malades du consensus. Ces proses critiques très maîtrisées, d'une lucidité mordante, constituent autant de fables des temps modernes, mêlant considérations philosophiques et humeur, humour et pensée critique, où l'on retrouve en germe le bestiaire et les généalogies de son unique et ultime pamphlet. Ses analyses stimulantes, suffocantes de pertinence et de liberté de ton, sont taillées à la mesure des questions d'actualité d'alors, qui demeurent des plus brûlantes : l'Université, le travail, l'usage des drogues, les élites, la vitesse, le pétro-consensus...

En somme, un exercice spirituel qui rappelle, en période de glaciation et d'amnésie, que la liberté n'est pas un choix mais un fait ; qu'il ne s'agit pas seulement d'invoquer son principe mais bien de travailler aux conditions de son exercice.


Gilles Châtelet (1944-1999) est un mathématicien et philosophe français.


Définition de consensus




(*) Le prix est indicatif. Il a été relevé à un instant donné et peut varier dans le temps ou selon les rééditions. A confirmer auprès de votre distributeur habituel.


Accueil     "Toupliographie"     Haut de page