La Toupie  >  Dictionnaire  >  Deuxième gauche

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Deuxième gauche


"... la Deuxième gauche, décentralisatrice, régionaliste, héritière de la tradition autogestionnaire, qui prend en compte les démarches participatives des citoyens, en opposition à une Première gauche, jacobine, centralisatrice et étatique."
Michel Rocard - Congrès de Nantes du PS - 1977


Définition de la Deuxième gauche


L'expression "Deuxième gauche", surtout utilisée dans le dernier quart du XXe siècle, désigne un courant de la gauche française qui voulait se démarquer de la culture marxiste de l'ancienne gauche (PCF, SFIO), du jacobinisme, de l'Etat-providence. Elle apparait en 1977 dans un discours de Michel Rocard lors du congrès de Nantes du Parti socialiste, où il exprime sa sensibilité girondine, "régionaliste" et "autogestionnaire", par opposition à la Première gauche "jacobine" et "étatiste".

Ce courant trouve son origine au milieu des années 1950, en réaction au totalitarisme (soutien du PCF à l'URSS), au colonialisme (soutien de la SFIO à la guerre d'Algérie) ainsi que dans l'opposition à Constitution de la Ve République. Sur le plan politique, il est représenté par le PSU (Parti Socialiste Unifié) fondé en 1960 et regroupant des humanistes laïques de gauche, des catholiques sociaux-réformistes, des sociaux-démocrates, des communistes antistaliniens, des membres de la SFIO hostiles à la politique répressive en Algérie, des trotskistes et des libertaires.

La "Deuxième gauche" n'a pas de revendications idéologiques arbitraires, mais se veut une tentative pour adapter les idées socialistes aux transformations économiques et sociales de la société. Elle se caractérise par des moyens d'action qui vont au-delà des partis politiques en s'appuyant sur la société civile, le milieu associatif et syndical avec, notamment, une forte proximité avec la CFDT.

Après le ralliement de Michel Rocard au PS en 1974 et le déclin du PSU, la Deuxième gauche devient bientôt un courant politique au sein du Parti socialiste, basé sur la social-démocratie et le réformisme avec l'acceptation d'un capitalisme régulé et la valorisation de la négociation sociale et du compromis. Courant minoritaire sous les deux septennats de François Mitterrand, malgré les trois années (1988-1991) où Michel Rocard fut un Premier ministre sous l'étroite surveillance du président de la République, la deuxième gauche soutient le gouvernement Jospin en 1997. Certains, à gauche, ont vu dans la politique trop "deuxième gauche", et donc pas assez à gauche, conduite par Lionel Jospin la cause de l'échec de celui-ci au premier tour de l'élection présidentielle de 2002.

De nos jours au sein du PS, la Deuxième gauche n'existe plus que de manière diffuse, mais importante. Dans les autres partis, syndicats ou associations, on en retrouve les principes au sein, entre autres, des Alternatifs, des Verts, des courants de gauche de la CFDT, de la République des idées, de Sauvons l'Europe. La politique social-démocrate, menée depuis 2014 par le Premier ministre Manuel Valls sous l'impulsion du président de la République François Hollande, est parfois assimilée à une politique de "deuxième gauche".

Quelques personnalités marquantes de la "Deuxième gauche" :
  • Michel Rocard,
  • Alain Savary,
  • Pierre Mendès France,
  • Jean Poperen,
  • Huguette Bouchardeau,
  • Edmond Maire,
  • Jacques Julliard,
  • Pierre Rosanvallon,
  • Jacques Delors,
  • François Chérèque.



Accueil     Dictionnaire     Haut de page