La Toupie  >  Dictionnaire  >  Liberté négative, Liberté positive

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Liberté négative, Liberté positive



Définition de liberté négative et de liberté positive


Les notions de liberté négative et de liberté positive résultent de deux conceptions de la liberté politique. Cette distinction a été posée par le philosophe et historien des idées Isaiah Berlin (1909-1997), britannique d'origine russe, notamment dans son livre publié en 1958, Deux concepts de liberté.

Liberté négative

La liberté négative est l'absence d'entrave dans ses choix par les autres. Etre libre signifie alors être libre de toute intervention extérieure. C'est ainsi que les grands penseurs politiques anglais [Thomas Hobbes (1588- 1679), John Locke (1632-1704) et Adam Smith (1723-1790)] entendaient le concept de liberté.

La liberté politique peut être définie comme l'espace à l'intérieur duquel un être humain peut agir sans en être empêché par les autres. Cette liberté est d'autant plus grande que cet espace de non-ingérence est vaste. Mais il ne peut être illimité car cela signifierait que tous les individus pourraient s'immiscer dans les affaires de chacun, ce qui ne manquerait pas de conduire au chaos social où les plus faibles seraient privés de liberté par les plus forts. Il en découle la nécessité que la liberté de chacun soit encadrée par la loi, mais qu'une zone minimum de liberté individuelle, ne devant en aucun cas être violée, lui soit garantie.

Cette conception de la liberté est décrite dans l'article 4 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789.
"La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi."

Liberté positive

La liberté positive est la possibilité de faire quelque chose, d'agir pour réaliser son potentiel personnel. Elle résulte du désir de l'individu d'être son propre maître, de faire en sorte que sa vie ne dépende que de lui et non de la volonté des autres.
Elle est synonyme d'autonomie et d'indépendance.

Elle est cependant limitée par les droits légitimes des autres, ce qui nécessite une relation de réciprocité entre les individus qui est formulée par la maxime :
"La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres."
La liberté d'être "maître de soi", c'est agir de façon juste et rationnelle, pour le bien commun. Elle n'a rien à voir avec la "licence", une liberté factice qui conduit à suivre ses désirs de manière aveugle. Elle implique la nécessité de participer à la vie politique, afin de pouvoir obéir à la loi dont nous sommes les auteurs.

La notion de liberté positive peut être relevée chez des philosophes comme Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), Johann Gottfried von Herder (1744-1803), Georg Wilhelm Friedrich Hegel (1770-1831) et Karl Marx (1818-1883).


    >>> Terme connexe : Liberté

    >>> Bibliographie : La Liberté négative : Usages et critiques (Marie Garrau et Delphine Prévost, Hermann, 2018)


Accueil     Dictionnaire     Haut de page