La Toupie  >  Dictionnaire  >  Prosélytisme

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Prosélytisme


"Il n'est pas dans la nature du judaïsme d'être prosélyte, on naît juif ou on ne l'est pas. Le christianisme n'a plus les moyens d'être prosélyte - encore qu'il reprenne du poil de la bête avec les succès engrangés par l'islam, ce qui lui donne des idées...
En revanche - je renvoie à la lecture du Coran, pas à l'ouï-dire médiatique sur l'islam, mais au Coran et à sa lecture plume à la main -, il est dans la nature de l'islam d'être prosélyte et conquérant. Que les médias le veuillent ou non, c'est dans le texte, confirmé par les hadiths et la biographie du Prophète."

Michel Onfray - "Le tribal fait désormais la loi", Marianne, 24/11/2014


Définition de prosélytisme


Etymologie : du latin ecclésiastique proselytus, venant du grec proselutos, nouveau venu dans un pays étranger.

Le prosélytisme désigne une insistance ardente, un zèle déployé par certaines personnes ou groupes en vue de rallier des prosélytes, de nouveaux adeptes à une religion et plus largement à une cause.

Contrairement à ses origines grecques, le terme prosélytisme s'est répandu dans un sens lié à la conversion religieuse. Mais de nos jours, il est aussi utilisé, avec une connotation négative, pour qualifier l'ardeur à convertir quelqu'un à ses idées, pour tenter d'imposer ses convictions, recruter de nouveaux adeptes…



Accueil     Dictionnaire     Haut de page