La Toupie  >  Dictionnaire  >  Théorie du genre

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Théorie du genre



Définition de la théorie du genre


Etymologie de théorie : du grec ancien theoria, contemplation, spéculation, regards sur les choses.

Etymologie de genre : du latin genus, genre, sorte, espèce, race, famille, origine.

Le mot genre désigne :
  • un ensemble d'objets ou d'être vivants ayant la même origine ou liés par des caractères communs.
    Exemples : le genre humain.
    Dans la nomenclature biologique utilisée pour la classification scientifique du monde vivant, le genre se situe au-dessous de la famille et au-dessus de l'espèce.

  • par extension, une catégorie, une espèce, une sorte, un type de quelque chose ou de personnes.
    Exemples : le genre littéraire, je n'aime pas ce genre de question, ce genre d'homme, ce genre de vie.

  • style auquel appartient une oeuvre littéraire, artistique.
    Exemples : le genre épique, le genre romanesque.

  • l'allure, l'apparence d'une personne.
    Exemples : un drôle de genre, se donner un genre.

  • l'ensemble des aspects psychologiques et sociaux qui se rattachent au sexe, à l'identité sexuelle.
    En sociologie, le genre est un concept selon lequel l'environnement social de l'individu, son éducation et sa culture jouent un rôle important dans la construction de son identité sexuelle par l'intégration de représentations stéréotypées qui, au final, conduisent à l'inégalité entre hommes et femmes. L'étude sur les genres trouve son origine dans des travaux universitaires conduits aux Etats-Unis dans les années 1970, intitulés "gender studies" et sur lesquels des mouvements féministes se sont appuyés. Cependant, les nombreuses controverses entre chercheurs auxquelles ces études ont donné lieu n'ont jamais permis d'aboutir à une réelle théorie du genre.

L'expression "théorie du genre" est surtout utilisée en France, avec un sens péjoratif, pour contester le caractère scientifique et la sincérité des études sur le genre et insinuer que ces études cachent une stratégie politique.
Pour l'historienne américaine, Joan W. Scott, "Quoi qu'en disent les catholiques [.] il n'y a pas de "théorie du genre" - la "théorie du genre" est une invention qui a remplacé le communisme dans la rhétorique du Vatican". Pour elle, les adversaires du "genre" prétendent que les différences entre femmes et hommes instaurent "une complémentarité qui justifierait selon eux une inégalité".

Dans une tribune (Libération, 10 juin 2013) des universitaires précisent qu'"il n'y a pas "une" théorie du genre, fantasme entretenu par ceux et celles que la perspective d'une égalité effective dérange ou effraie, mais "des" études de genre."
L'expression "théorie du genre" a surtout été utilisée en janvier et février 2014 par les adversaires de l'étude du genre à l'école pour dénoncer un enseignement qui, selon eux, consistait à créer la confusion entre les identités sexuelles. Le gouvernement était accusé de vouloir renverser le modèle traditionnel de la famille et d'encourager l'homosexualité, la bisexualité et la transsexualité. Cette polémique a été déclenchée par une rumeur lancée par des militants proches de l'extrême droite. Des SMS soutenaient même que des cours d'éducation sexuelle seraient dispensés dans les classes maternelles. Cette rumeur a conduit des parents affolés à retirer leurs enfants de l'école pendant 24 heures. Le ministre de l'Education Nationale, Vincent Peillon a dû faire une mise au point en affirmant que "ce que nous faisons ce n'est pas la théorie du genre -je la refuse-, c'est promouvoir les valeurs de la République et l'égalité entre les hommes et les femmes".


Accueil     Dictionnaire     Haut de page