La Toupie  >  Citations  >  par thèmes  >  Connaissance

Tourpilles
Recueil de citations


Connaissance



"Une idéologie est un système (possédant sa logique et sa rigueur propres) de représentations (images, mythes, idées ou concepts selon les cas) doué d'une existence et d'un rôle historiques au sein d'une société donnée. Sans entrer dans le problème des rapports d'une science à son passé (idéologique), disons que l'idéologie comme système de représentations se distingue de la science en ce que la fonction pratico-sociale l'emporte en elle sur la fonction théorique (ou fonction de connaissance)."
Louis Althusser - 1918-1990

"Mais, sans nous en apercevoir, nous projetons nos désirs (nos appétits dans les choses : nos idées du bien et du mal sont l'expression de nos désirs (et de nos répulsions), de notre imagination, et non le résultat d'une connaissance. Le raciste et le nationaliste xénophobe, le moralisateur des ligues de vertu ou le "macho" prennent pour des idées ce qui n'est que fantasme : "l'immigré-délinquant-par-nature", le "pêcheur-débauché", la "putain" ou la "femme-inférieure-soumise" sont, à leur insu, comme le diront plus tard Nietzsche et Freud, des traductions et des travestissements des désirs, des "fantasmes", des manifestations de l'inconscient, des travestissements ou symptômes des instincts du faible et des mécanismes de défense du névrosé."
Eric Blondel - La morale

"Quels que soient les progrès des connaissances humaines, il y aura toujours place pour l'ignorance et par suite pour le hasard et la probabilité."
Emile Borel - 1871-1956 - Le Hasard, 1914

"L'impression de savoir est bien plus dangereuse pour la connaissance que l'ignorance."
Gérald Bronner - Déchéance de rationalité, 2019

"On assiste ainsi à une mystification de la connaissance qui a pour résultat une conception du monde dont de nombreux éléments sont irrémédiablement hors du champ de compréhension - donc du contrôle - de la majorité des individus. Cette pensée ésotérique induit une stratification du monde - ceux qui ont des pouvoirs, savent et agissent tout haut et, loin en dessous, ceux qui s'étonnent, admirent et suivent sans comprendre - débouchant sur le fatalisme béat et la déresponsabilisation des individus."
Georges Charpak et Henri Broch - Devenez sorciers devenez savants, 2002

"L'enfant, un chercheur... sous tutelle. Semblable en cela à un véritable chercheur, l'enfant peut mener des investigations qui le conduisent vers la connaissance. Mais il a besoin d'être guidé et accompagné par les questions du maître et d'oeuvrer dans le cadre d'un sujet construit, non pas choisi uniquement en fonction des occasions."
Georges Charpak - 1924-2010 - La main à la pâte

"J'ai de la sympathie pour ceux qui veulent minimiser plutôt que maximiser l'imbrication économique entre nations. Les idées, la connaissance, l'art, l'hospitalité, les voyages : autant de choses, qui sont par nature, internationales. Mais que les marchandises soient de fabrication nationale chaque fois que c'est possible et commode."
John Meynard Keynes - 1883-1946 - Cité par Herman E. Daly "The perils of free trade"

"La télévision de la connaissance sera bientôt le privilège des riches et l'instrument privilégié des inégalités."
Noël Mamère - La dictature de l'audimat

"[La publicité :] Ses messages quotidiens formatent, mieux que toute propagande, l'énergie du désir des hommes. Elle leur désapprend la révolte, le goût de la connaissance, le sens critique et la gratuité. Elle glorifie l'inutile, le jetable, la marque."
Michel Piquemal - Le Prophète du libéralisme [satire], 2005

"Exilé politique de naissance, j'ai connu les avantages réels et les lourds inconvénients du déracinement. Il élargit la vision du monde et la connaissance des hommes ; il dissipe les brouillards des conformismes et des particularismes étouffants ; il préserve d'une suffisance patriotique qui n'est en vérité que médiocre contentement de soi-même ; mais il constitue dans la lutte pour l'existence un handicap plus que sérieux. J'ai vu naître la grande catégorie des "apatrides", c'est-à-dire des hommes auxquels les tyrannies refusent jusqu'à la nationalité. Quant au droit de vivre, la situation des apatrides, qui sont en réalité les hommes les plus attachés à leurs patries et à la patrie humaine, ne se peut comparer qu'à celle de l'homme "sans aveu" du Moyen Âge qui, n'ayant ni maître ni suzerain, n'avait ni droit ni défense, et dont le seul nom est devenu une sorte d'insulte."
Victor Serge - 1890-1947 - Mémoires d'un révolutionnaire, 1943



Accueil     Citations     Haut de page