La Toupie  >  Citations  >  par thèmes  >  Croissance > 1/3

Tourpilles
Recueil de citations


Croissance

Page 1 / 3



"L'industrie florissante des eaux minérales sanctionne-t-elle un surcroît réel d'"abondance", puisqu'elle ne fait largement que pallier la déficience de l'eau urbaine ? Etc. : on n'en finirait pas de recenser toutes les activités productives et consommatrices qui ne sont que palliatifs aux nuisances internes du système de croissance. Le surcroît de productivité, une fois atteint un certain seuil, est presque tout entier épongé, dévoré par cette thérapie homéopathique de la croissance par la croissance."
Jean Baudrillard - 1929-2007 - La Société de consommation - Denoël - 1970, page 42

"La comptabilisation de la croissance ou la mystique du P.N.B.
Nous parlons là du plus extraordinaire bluff collectif des sociétés modernes. D'une opération de "magie blanche" sur les chiffres, qui cache en réalité une magie noire d'envoûtement collectif. Nous parlons de la gymnastique absurde des illusions comptables, des comptabilités nationales. Rien n'entre là que les facteurs visibles et mesurables selon les critères de la rationalité économique - tel est le principe de cette magie. A ce titre, n'y entrent ni le travail domestique des femmes, ni la recherche, ni la culture - par contre peuvent y figurer certaines choses qui n'ont rien à y voir, par le seul fait qu'elles sont mesurables. De plus, ces comptabilités ont ceci de commun avec le rêve qu'elles ne connaissent pas le signe négatif et qu'elles additionnent tout, nuisances et éléments positifs, dans l'illogisme le plus total (mais pas du tout innocent)."

Jean Baudrillard - 1929-2007 - La Société de consommation - Denoël - 1970, page 45

"La décroissance est d'abord une expression provocante. Elle s'oppose directement au dogme quasi religieux de la croissance. Mais, pour commencer à comprendre le sens de cette provocation, il faut aussitôt affirmer que la décroissance n'est pas une idée économique mais relève d'une représentation du monde où l'économie n'aurait plus le dernier mot."
Jean-Claude Besson-Girard - La décroissance, un nouveau romantisme révolutionnaire - Journal Libération, 2 mars 2007

"La société de croissance n'est pas soutenable, et le "développement durable" n'est qu'un gadget à ranger sur le rayon des tartes à la crème. Ce n'est pas l'adjectif "durable" ou "soutenable" qui est en cause, mais la notion même de développement. C'est évidemment sur ce point que la notion de décroissance est extrêmement choquante puisqu'elle sous-entend qu'il y aurait un "au-delà du développement", idée presque impensable qui remet en question tout l'imaginaire occidental, fondé sur une croyance aveugle dans le mythe du progrès depuis plus de deux siècles."
Jean-Claude Besson-Girard - La décroissance, un nouveau romantisme révolutionnaire - Journal Libération, 2 mars 2007

"La croissance économique se mesure universellement par une progression annuelle du produit intérieur brut (PIB) d'un pays donné. Thermomètre récurrent de la fièvre productiviste et consumériste, cette mesure, calculée en pourcentage, exclut des paramètres de son calcul tout ce qui pourrait en contredire la fonction."
Jean-Claude Besson-Girard - Decrescendo cantabile, 2005, page 72

"La croissance économique s'est construite sur le clonage des marchandises, qui est la préfiguration du clonage humain, la frontière entre matière inanimée et organisme vivant tendant à s'abolir. La relation entre demande et offre économique s'est inversée. L'offre doit précéder la demande afin de créer sans cesse des besoins nouveaux justifiant la fabrication toujours croissante des produits qui en sont la matérialisation éphémère. La guerre économique s'est traduite en conquêtes de parts de marché qui ne concernent plus seulement les matières et les territoires à conquérir, mais les esprits à soumettre. La soumission des esprits par la propagande publicitaire est l'objectif de la guerre de l'information à l'échelle mondiale."
Jean-Claude Besson-Girard - Decrescendo cantabile, 2005, page 79

"Dans nos sociétés enrichies, mais incapables d'éradiquer les phénomènes d'exclusion sociale en leur propre sein, le silence acheté par l'illusion du confort pour la grande majorité des consommateurs remplit la même fonction que l'omerta mafieuse. Les intimidations sont officielles et encouragées par les Etats : si nous consommons moins, nous ne sommes pas de "bons patriotes" puisque nous ne participons pas à la croissance économique qui est censée apporter des bienfait à tout le monde."
Jean-Claude Besson-Girard - Decrescendo cantabile, 2005, page 165

"Celui qui croît qu'une croissance exponentielle peut continuer indéfiniment dans un monde fini est un fou, ou un économiste."
Kenneth Boulding - cité dans "Le choc de la décroissance" de Vincent Cheynet - 2008, page 15

"L'économisme déresponsabilise et démobilise en annulant le politique et en imposant toute une série de fins [objectifs] indiscutées, la croissance maximale, l'impératif de compétitivité, l'impératif de productivité et, du même coup, un idéal humain, que l'on pourrait appeler l'idéal FMI (Fond Monétaire International."
Pierre Bourdieu - 1930-2002 - 1997, in Le Monde Diplomatique, Manière de voir n°72

"Des Etats-Unis tancés et privés de la note de meilleur élève de la classe (capitaliste) ; une Chine sollicitée pour renflouer les caisses et impulser la croissance mondiale. Même dans leurs rêves nationalistes les plus fous, les dirigeants chinois n'auraient pu imaginer plus spectaculaire basculement de l'histoire.
Ils ne se privent donc plus de donner des leçons à cette Amérique "qui doit soigner son addiction à la dette" (Xinhua, 7 août 2011)."

Martine Bulard - Le Monde Diplomatique, septembre 2011 - Addictions chinoises



>>> Page 2 des citations : Croissance
>>> Page 3 des citations : Croissance

>>> Définition de la croissance



Accueil     Citations     Haut de page