La Toupie  >  Citations  >  par thèmes  >  Essentiel > 2/2

Tourpilles
Recueil de citations


Essentiel

Page 2 / 2



"Est fanatique celui qui est sûr de posséder la vérité. Il est définitivement enfermé dans cette certitude; il ne peut donc plus participer aux échanges; il perd l'essentiel de sa personne. Il n'est plus qu'un objet prêt à être manipulé."
Albert Jacquard - 1925-2013 - Petite philosophie à l'usage des non-philosophes, 1997

"On peut [...] se demander si l'une des fonctions essentielles des images publicitaires, plutôt que d'appâter le client potentiel, ce que l'on proclame, ne serait pas de conforter les clients effectifs dans les comportements d'achat qu'ils ont déjà réalisés, ce que l'on ne dit pas. Si on ne le dit pas, c'est soit qu'on l'ignore, soit qu'on feint de l'ignorer, parce que le dire reviendrait à avouer que la qualité des produits ne suffit pas à entretenir leur consommation et, par conséquent, qu'il faut nourrir d'images celui vient d'acheter un produit donné, pour des raisons non maîtrisées, afin qu'il persiste dans l'achat de ce produit."
Robert-Vincent Joule et Jean-Léon Beauvois - Petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens, 2002, page 224

"Si l'entendement peut être défini comme pouvoir de ramener les phénomènes à l'unité au moyen de règles, la raison est le pouvoir de ramener à l'unité les règles de l'entendement sous des principes. Elle ne se rapporte donc jamais immédiatement à l'expérience ou à quelque objet que ce soit, mais à l'entendement, pour donner au divers des connaissances de celui-ci une unité a priori grâce à des concepts ; cette unité peut être appelée unité de raison et diffère essentiellement de celle qu'on peut tirer de l'entendement."
Emmanuel Kant - 1724-1804 - Critique de la Raison pure, 1781

"La laïcité est une valeur essentielle, avec ce souci de la liberté de conscience et de l'égalité de tous les hommes, qu'ils soient croyants, athées ou agnostiques. L'idéal laïc n'est pas un idéal négatif de ressentiment contre la religion. C'est le plus grand contresens que l'on puisse faire sur la laïcité que d'y voir une sorte d'hostilité de principe à la religion. Mais c'est un idéal positif d'affirmation de la liberté de conscience, de l'égalité des croyants et des athées et de l'idée que la loi républicaine doit viser le bien commun et non pas l'intérêt particulier. C'est ce qu'on appelle le principe de neutralité de la sphère publique."
Henri Pena-Ruiz, philosophe - MAIF infos, septembre 2003

"Le Surmoi du pervers n'a pu être formé, laissant fonctionner le sujet avec, essentiellement, un Idéal du moi narcissique, maternel. Faute d'avoir pu réparer son narcissisme très tôt blessé, d'avoir élaboré des processus secondaires suffisamment efficaces, d'avoir rencontré la confiance d'un objet total, le pervers ne peut résister à ses impulsions (y compris sexuelles) et prend du plaisir dans l'usage d'objets partiels et de zones érogènes électives."
Gérard Pirlot et Jean-Louis Pedinielli - Les Perversions sexuelles et narcissiques, 2005

"... l'avenir de la nation ne résulte pas essentiellement d'un projet rationnel, mais se confond avec une mission sacrée, inscrite depuis ses origines dans un héritage à défendre, un corps de valeur à répéter fidèlement. L'explosion des nationalismes a donc permis l'extension à l'échelle planétaire de véritables religions séculières, dans laquelle la nation sert de foyer de transmutation de la symbolique religieuse."
Jean Plumyene - Les nations romantiques, 1979

"La souveraineté ne peut être représentée, par la même raison qu'elle ne peut être aliénée ; elle consiste essentiellement dans la volonté générale, et la volonté ne se représente point : elle est la même, ou elle est autre ; il n'y a point de milieu. Les députés du peuple ne sont donc ni ne peuvent être ses représentants, ils ne sont que ses commissaires ; ils ne peuvent rien conclure définitivement. Toute loi que le peuple en personne n'a pas ratifiée est nulle ; ce n'est point une loi."
Jean-Jacques Rousseau - 1712-1778 - Du Contrat Social III,15, 1762

"Je ne crois pas que la controverse soit nocive pour des raisons générales. Ce n'est pas la controverse et les différences étalées au grand jour qui mettent en danger la démocratie. Au contraire, elles constituent ses protections les plus importantes. C'est une partie essentielle de la démocratie que des groupes substantiels, même des majorités, étendent la tolérance à des groupes dissidents, aussi petits qu'ils soient et aussi important que puisse être l'outrage infligé à leurs sentiments. Dans une démocratie, il est nécessaire que les gens apprennent à supporter que leurs sentiments soient outragés."
Bertrand Russell - 1872-1970 - Pourquoi je ne suis pas chrétien, 1927

"Le thème essentiel de la métaphysique est, chez les philosophes appointés, l'explication des rapports de Dieu avec le monde; les commentaires les plus étendus de ces rapports remplissent leurs manuels. Ils se croient avant tout appelés et payés pour éclaircir ce point. Et il est amusant de voir avec quelle profonde sagesse et quelle érudition ils parlent de l'absolu, ou Dieu; ils prennent alors une attitude des plus sérieuses, comme s'ils savaient réellement quelque chose à ce sujet..."
Arthur Schopenhauer - 1788-1860 - Parerga, 1851

"Nous souhaitons défendre le caractère diversifié des activités humaines indispensable à notre équilibre, qu'elles soient familiales, culturelles, associatives, politiques, amoureuses... Le travail doit retrouver sa "juste place".
Posons donc la question suivante sans ambiguïté : Et si, en défendant un autre idéal, une autre notion de la richesse, une autre vision du monde, la glorification aveugle du mérite et du travail n'avait plus de sens ? Alors, il faudrait accepter de changer de système et de promouvoir un système humaniste où la logique dominante n'est plus marchande, où l'essentiel n'est pas "économiquement mesurable". Une société où la richesse se définit différemment."

Manifeste Utopia - Avant propos d'André Gorz, 2008, page 51

"Le droit de dire et d'imprimer ce que nous pensons est le droit de tout homme libre, dont on ne saurait le priver sans exercer la tyrannie la plus odieuse. Ce privilège nous est aussi essentiel que celui de nommer nos auditeurs et nos syndics, d'imposer des tributs, de décider de la guerre et de la paix ; et il serait déplaisant que ceux en qui réside la souveraineté ne puissent pas dire leur avis par écrit."
Voltaire - 1694-1778 - Questions sur les miracles



>>> Retour page 1 des citations : Essentiel


Accueil     Citations     Haut de page