La Toupie  >  Citations  >  par thèmes  >  Sondage > 2/2

Tourpilles
Recueil de citations


Sondage

Page 2 / 2



"La peur de l'insécurité, on le sait, est toujours bénéfique pour la droite qui conserve une image plus répressive, alors que la gauche dégage une image plus sociale. Frédéric de Saint-Sernin, conseiller du président-candidat Chirac, avait, grâce à ses instruments sondages quotidiennement consultés, prédit les thèmes porteurs de la campagne électorale : "Ce que j'ai toujours dit au président, c'est que si nous arrivions à faire de la préoccupation des Français, à savoir l'insécurité, le thème de campagne numéro un, nous jouerions à domicile, sur notre terrain et que nous avions de bonne chance de l'emporter"."
Nicolas Jallot - Manipulation de l'opinion, 2007, page 29

"Nicolas Sarkosy utilise quasi quotidiennement les sondages d'opinion pour asseoir sa légitimité de présidentiable. Il adapte tous ses discours, ses décisions et son comportement aux résultats des enquêtes d'opinion, qualitatives et quantitatives. Ce n'est pas Nicolas Sarkosy que vous entendez, mais ce que l'opinion majoritaire veut entendre ! Alors, comment savoir ce que pense vraiment le candidat à la présidence ? Comment juger ses convictions, évaluer la sinsérité de son programme ?"
Nicolas Jallot - Manipulation de l'opinion, 2007, page 133

"N'oublions pas que les sondages ne sont que des sondages ! Les limites des enquêtes d'opinion sont connues et, on l'a vu, les réponses dépendent de la manière dont les questions sont formulées et de la manière dont elles sont comprises par les sondés. Elles sont aussi tributaires du moment T où elles sont posées et du nombre de personnes qui acceptent d'y répondre, ou plutôt du pourcentage de refus, etc."
Nicolas Jallot - Manipulation de l'opinion, 2007, page 147

"Ma critique [des sondages] porte principalement sur l'usage - parfois inacceptable - que l'on fait de cet instrument. Son utilisation à des fins de manoeuvres politiques et de manipulation de l'opinion doit cesser. Car sinon l'utilisation des sondages d'opinion en période électorale serait une dérive gravissime, un véritable "détournement de la démocratie". !"
Nicolas Jallot - Manipulation de l'opinion, 2007, page 149

"Comme on ne peut pas faire de la politique avec une somme de volontés particulières, un dirigeant comme Sarkozy choisit la voie médiane, par sondage. Ce n'est pas la volonté générale, celle qui est guidée par la Raison pour Rousseau, mais une volonté moyenne, qui correspond à l'opinion moyenne, celle que l'on désigne par "opinion publique"...
On est dans une "doxocratie plus que dans une démocratie. Sur ce point, la république des sondages rencontre une nouvelle fois la télévision, qui est la dictature de l'audience."

François Jost - Le téléprésident : essai sur un pouvoir médiatique, 2008, page 159

"Préférant l'opinion sondée à l'opinion mobilisée, les sondages de popularité à l'exposition des arguments, en quête de "bons clients", à l'affût des "personnages", et encourageant les individus face aux collectifs, les médias attendent de l'opinion sondée (simple agrégat de réponses qui n'ont qu'une valeur d'indices qu'elle leur dise ce qu'elle pense de l'opinion mobilisée dont ils écoutent à peine les arguments. De là, une profusion de sondages sur la popularité des mobilisations sociales et, en guise de "cahiers de doléances", quelques sondages sur le contenu des réformes proposées. A défaut de pouvoir faire dire aux sondages à peu près n'importe quoi, tout est permis quand il s'agit de choisir les questions et de ficeler les commentaires : questions biaisées, absurdité, incohérence, partialité."
Henri Maler et Mathias Reymond - Médias et mobilisations sociales, 2007, page 101



>>> Retour page 1 des citations : Sondage



Accueil     Citations     Haut de page