La Toupie  >  Textes  >  L'opium du peuple, ce poison

L'opium du peuple, ce poison



Ah, si la religion n'était qu'un relaxant
Qui aide à supporter les à-coups de la vie,
Un anesthésiant permettant qu'on oublie,
Comme l'a dit Karl Marx, le penseur allemand ! (1)

On ne pourrait alors que vanter les bienfaits
D'une médication qui gomme les douleurs,
Qui calme les esprits, participe au bonheur,
Adoucit les tourments et concourt à la paix.

Mais c'est surtout, hélas, un terrible poison
Qui pousse les humains à des atrocités.
L'église catholique et son Inquisition
Ont torturé les gens avec férocité.

Les supplices de l'eau, de la poutre et du feu,
On les faisait subir pour leur faire avouer
Qu'ils n'avaient pas toujours adoré le vrai Dieu. (2)
Elle s'interdisait, paraît-il, de tuer !

Le venin, il est là : Notre Dieu, c'est le bon,
C'est le vrai, c'est le seul ! Du coup il est exclu
Qu'on puisse apprécier un autre panthéon:
Croyants d'un autre Dieu, vous serez combattus !


Au lieu d'être un calmant, un pont entre les gens,
C'est un appel guerrier sans cesse propagé,
Par chaque religion, en fait par son clergé (3)
Qui veut pérenniser son pouvoir dirigeant.

Alors, me dira-t-on, vous ne croyez en rien ?
Oh mais oui j'ai la foi ! Je crois en l'être humain.
N'être esclave de rien, ne pas s'inféoder
A un dieu, à l'opium, toujours raison garder.

Je crois que c'est ainsi que l'on progressera,
Qu'il faut éliminer toutes les religions,
Ces masques provoquant sans cesse des frictions ! (4)
Vers la fraternité l'homme se hissera

Quand il aura compris qu'il se fait bien avoir,
Par prêtres, marabouts et autres religieux !
As-tu vraiment besoin d'un dieu pour concevoir
Que si tu donnes un coup, tu en appelles deux ?

As-tu vraiment besoin d'un dieu pour t'abstenir
De voler ton voisin, de lui faire du tort ?
N'est-il pas naturel d'élever tes enfants
Dans le respect qu'il doit à tes propres parents ?

As-tu vraiment besoin d'un dieu pour concevoir
Qu'un enfant ne peut être un objet sexuel,
Que protéger le tien est l'évident devoir
Et que de le violer te rends pestilentiel ?

Revivre après la mort n'est que pure illusion.
D'une chaîne sans fin nous sommes les maillons
Car génétiquement nous sommes des guenons,
Comme elles nous naissons et puis disparaissons.

Résistez à l'envie de croire en un Seigneur
Qui aurait le pouvoir d'effacer vos erreurs
Et d'apporter des biens qui vous seraient servis.
Puisez dans le bon sens votre règle de vie !


René Francal, 13/02/2009
(Extrait du livre : "Faisans, poulets, pigeons... et autres curieux bipèdes")




Notes :
    (1) Marx, Critique de la philosophie du droit de Hegel.
    Site web : www.evene.fr/citations/mot.php?mot=critique-de-la-philosophie-du-droit-de-hegel

    (2) De l'an 999 à l'an 1843. Voir le site: fr.wikipedia.org/wiki/Inquisition.
    Rubriques: Question et torture, limites de la torture.

    (3) L'auteur désigne ainsi l'ensemble des appareils dont le temps
    est consacré à la gouvernance d'une religion et à sa propagation.

    (4) Eradiquer les dieux. JC Sitzia - Le Blond. Editions Passe-Murailles (2009). "Il n'y a pas de guerre sainte, il n'y a que de la sauvagerie sanctifiée."


Accueil     Textes     Haut de page