La Toupie  >   Forum des Toupinautes   >   Anarchiste et citoyen

 Le forum
des Toupinautes


Anarchiste et citoyen

La définition de Han Ryner


Léon 65 - 2016-10-12 - 20:54



(Ce texte est extrait du forum : Anarchisme)


Une autre définition du mot "citoyen" .
Il s’agit de celle du philosophe anarchiste Jacques Élie Henri Ambroise Ner, dit Han Ryner (1861-1938).
(dans l'Encyclopédie anarchiste de Sébastien Faure)
"Citoyen, n.m. Terme d'antiquité. Ce mot n'a jamais eu de féminin. Il n'a d'usage moderne que pour les ironistes conscients, politiciens ou non, et pour les imbéciles. Quelques bavards de réunion publique poussent la plaisanterie jusqu'à appeler leurs auditrices : citoyennes. La plaisanterie n'est pas beaucoup moins forte d'appeler citoyen n'importe quel homme d'aujourd'hui. Il arrive à tel orateur érudit de citer le mot d'Aristote : "Le citoyen se doit à l'Etat".

Les pauvres gens qui font usage de l'argument d'autorité ont le droit de s'appuyer sur cette parole d'Aristote à peu près comme le naturaliste qui décrit le lézard a le droit de le comparer au plésiosaure. Le citoyen est une espèce qu'Aristote a connue mais qui est disparue depuis longtemps.

Le caractère spécifique du citoyen, c'est la participation aux fonctions de l'Etat. Or l'Etat, - nous enseignent Aristote et la pratique des anciens - a deux fonctions principales : légiférer et juger. Le citoyen, celui qui "appartient à l'Etat", c'est l'homme qui juge et qui fait partie de l'Assemblée législative. Un député est, pour quatre ans, un quart de citoyen : il ne juge pas et les lois qu'il vote n'ont de force que si elles sont approuvées par un autre ramassis de quarts de citoyens, le Sénat. Dans la classification que nous faisons d'après Aristote, le juge, animal supérieur, est un demi-citoyen. Quant à nous, pauvres gens, dont tout l'office social consiste à subir l'arbitraire des lois et des faiseurs de lois, et des appliqueurs de lois, Aristote constaterait en bouffonnant qu'on nous a châtrés des deux puissances du citoyen. Nous appliquer le beau titre historique, c'est proprement s'émerveiller devant la virilité des eunuques et les prier de remédier à la dépopulation de notre cher pays.

Mais, peut-être, à nous entendre nommer citoyens, le rire d'Aristote serait différent. Il se souviendrait de Diogène, allumerait sa lanterne, la promènerait devant nos visages et proclamerait qu'elle n'a éclairé que des faces d'esclaves".



Léon 65, 2016-10-12


Accueil   Forum   Haut de page