La Toupie  >  Dictionnaire  >  Ecriture inclusive

"Toupictionnaire" :
Le dictionnaire de politique


Ecriture inclusive



Définition d'écriture inclusive


L'écriture inclusive est un ensemble de conventions syntaxiques apparu dans les années 2010, portée par des mouvements féministes, qui a pour objectif d'assurer une égalité de représentation entre les hommes et les femmes dans les textes. Elle cherche à faire disparaître de la grammaire certaines règles qui font que le masculin est le genre par défaut ou qu'il l'emporte sur le féminin.

Quelques principes de l'écriture inclusive :
  • Féminiser les noms de métier.
    Exemples : une écrivaine, la doyenne, l'ingénieure, Madame la ministre au lieu de Madame le ministre.

  • Indiquer à la fois le masculin et le féminin pour un groupe mixte ou pour une personne dont on ignore le genre. Les formes masculine et féminine du mot sont juxtaposées autour d'un point médian (ou point milieu).
    Exemples : les directeur·rice·s, les lycéen·ne·s
    La formulation développée est parfois préférée lorsqu'il y a plus de deux lettres de différence entre le masculin et le féminin.
    Exemples : les directeurs et directrices, chacun et chacune.

  • Utiliser l'accord de proximité : accorder en genre un mot avec le nom le plus proche dans la phrase.
    Exemple : les garçons et les filles sont turbulentes.

  • Utiliser l'accord de sens : accorder en genre un mot selon le genre qui est majoritaire au sein du groupe auquel il se rapporte.
    Exemple : les élèves de cette classe sont studieuses.

  • Remplacer les Hommes par les Humains ou les Personnes humaines pour désigner les membres de l'espèce humaine.
    Exemple : les Droits de la Personne humaine (au lieu de Droits de l'Homme).

Quelques reproches faits à l'écriture inclusive, notamment quant à l'usage du point médian :
  • trop compliquée à apprendre, à écrire et à lire,
  • ambiguïté quant à la prononciation des mots,
  • rend la lecture et l'oralisation malaisées,
  • existence de pratiques différentes.

L'Académie française critique sévèrement l'écriture inclusive et considère qu'elle représente un grave danger pour la langue française.
    "On voit mal quel est l'objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d'écriture, de lecture - visuelle ou à voix haute - et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs. [...] c'est moins en gardienne de la norme qu'en garante de l'avenir qu'elle [l'Académie française] lance un cri d'alarme : devant cette aberration "inclusive", la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd'hui comptable devant les générations futures."
    Déclaration de l'Académie française sur l'écriture dite "inclusive", 26 octobre 2017

Publié le 22 novembre 2022



Accueil     Dictionnaire     Haut de page