La Toupie  >  Textes  >  Les bonnes raisons pour ne pas se faire vacciner

Les bonnes raisons pour
ne pas se faire vacciner

Petit exercice de décentration

Rendre la vaccination obligatoire



Au moment où j'écris ces lignes, nous en sommes à un tournant de la pandémie covidixneuvienne (de la Covi-19), avec l'arrivée des premiers vaccins. Tout le monde devrait se réjouir, pourtant en France, une grande partie de la population semble récalcitrante à la piqûre salvatrice. Personnellement, je me range à l'avis de la communauté scientifique et je suis partisan de la vaccination de masse. Si un "anti-vaccin" essaie de me convertir, je lui indique qu'il serait d'abord préférable d'essayer de convaincre les spécialistes du domaine.

Néanmoins, il me paraît intéressant d'essayer de comprendre les motivations de ceux qui ne souhaitent pas se faire vacciner. Pour cela, j'ai réalisé un petit exercice de décentration, indispensable à la pensée critique.
Rappel : "la décentration est le fait de se placer dans la perspective d'autrui, dans le but de se mettre à sa place et de comprendre sa démarche cognitive." (Décentration sur le Toupictionnaire)
Voici donc, sans ordre logique, telles qu'elles me sont venues à l'esprit dans une sorte de brainstorming, les explications possibles à cette opposition à la vaccination contre la Covid-19.

  • Meurtre avec préméditation : Je veux attraper le virus pour contaminer mes parents et toucher plus rapidement l'héritage. Idem, pour me débarrasser de mon conjoint, sans passer par la case divorce et sans payer la pension alimentaire.
      Sans commentaire.

  • Jeunisme et économie pour la sécu : je veux que le virus continue de circuler pour éliminer un maximum de vieux. Ils ont fait leur temps ! Cela rajeunira la population et fera faire des économies à la Sécurité sociale.
      Sans commentaire.

  • Eugénisme et économie pour la sécu : je veux que le virus continue de circuler pour éliminer les personnes fragiles comme celles atteintes d'obésité, de diabète, d'hypertension, de maladies cardiovasculaires, de maladies respiratoires chroniques, etc. La race humaine sera ainsi assainie et améliorée, sans compter les gains pour l'assurance maladie.
      Sans commentaire.

  • Suicide : j'espère attraper le virus au plus tôt pour quitter vite cette Terre si mal en point..
      Commentaire : On notera que la personne qui se trouverait dans ce cas considèrerait que la probabilité de mourir de la Covid-19 est plus grande que de mourir d'un effet secondaire du vaccin.

  • Egocentrisme : Moi, Je, étant en bonne santé, je me fiche bien de ce qui peut arriver aux autres.
      Sans commentaire.

  • Addiction au confinement : J'ai pris goût au confinement. Cela ne me gênerait pas de continuer à en subir 2 ou 3 par an.
      Sans commentaire.

  • Ecologie : N'étant pas vacciné, je ne pourrai plus voyager dans de nombreux pays. Je ne serai plus tenté de traverser la planète d'Est en Ouest et du Nord au Sud pour mes vacances et je réduirai ainsi mon empreinte carbone.
      Commentaire : Un premier pas vers l'écologie même si c'est à l'insu de son plein gré.

  • Science-fiction : J'ai vu récemment le film américain de science-fiction "Le Voyage fantastique" (1966) réalisé en 1966 par Richard Fleischer; où l'on injectait un sous-marin miniaturisé dans un corps humain. Je ne veux pas qu'avec ces prétendus vaccins anti-Covid, on m'injecte un microprocesseur dans le corps afin qu'il prenne possession de mon cerveau le moment venu.
      Commentaire : pas la peine d'un tel scénario de science-fiction, les écrans vidéo auxquels il est si facile de devenir accro, ont largement entamé le processus de décérébration de la population.

  • Jacques a dit : Jacques1852, l'un de mes "amis Facebook", très actif sur les réseaux sociaux, m'a convaincu de la dangerosité des vaccins. Son énergie, sa verve, son charisme, sa ténacité et ses 200 000 "followers" me suffisent. La vérité est là. Inutile d'écouter les virologues, infectiologues, épidémiologistes et autres spécialistes.
      Commentaire : Cette attitude est un biais cognitif très fréquent appelé biais de familiarité qui "consiste à faire davantage confiance à ce qui nous est familier ou proche, à ce qu'on connaît le mieux, même de manière vague, et à le favoriser par rapport à d'autres options. C'est croire qu'on comprend mieux ce qui nous est proche et familier et le surestimer."

  • Efficacité : Je doute de l'efficacité de ce vaccin. Habituellement il faut plusieurs années pour produire un vaccin. On manque de recul.
      Commentaire : Un article de que "Que Choisir ?" répond à cette légitime interrogation en quatre points : Un virus pas totalement inconnu, De nouvelles technologies vaccinales, Des investissements colossaux, Une procédure accélérée. Il répond aussi à la question : Pourquoi la recherche est-elle si longue pour d'autres virus, comme le VIH??
      Article de "Que choisir ?"


  • Effets secondaires : Il y a des effets secondaires aux vaccins qui peuvent être très graves. J'ai une amie dont le père du petit-ami de la nièce a fait une grave allergie à un vaccin. Je ne veux pas que cela m'arrive.
      Commentaire : Il y a deux biais cognitifs dans cette position : le biais de négativité et l'oubli de la fréquence de base.

      Biais de négativité : On est davantage marqué par les expériences négatives que par les positives. On prend davantage en compte les informations négatives que les positives. On en tire plus d'enseignements et on les utilise plus souvent.

      Oubli de la fréquence de base : on a tendance à oublier de prendre en considération la fréquence de base de la survenue d'un événement (sa probabilité) lorsqu'on cherche à en évaluer le risque.
      Dans le cas présent : Supposons que 1 personne sur 100 000 fasse un choc allergique grave au vaccin (selon une étude américaine du Centers for Disease Control and Prevention). Les personnes vaccinées étant suivies de près, le risque de décès est encore inférieur, de l'ordre de 1 pour 1 000 000. Au rythme où progresse la pandémie, sans vaccin, on a 1 "chance" sur 3 ou 4, mettons 5, d'attraper la Covid et si, on l'attrape, 1 "chance" sur 100 d'en mourir. Donc sans vaccin, on a une "chance" sur 500 (5 fois 100) de mourir de la Covid. Il faut mettre en rapport les deux probabilités. Avec le vaccin : 1/1 000 000, sans le vaccin : 1/500, soit 2 000 fois plus de "chance" de mourir. Dit autrement, le vaccin divise par 2000 le risque de mourir de la COVID. Si vous jouiez au Loto, vous n'hésiteriez pas !


  • Méfiance envers les autorités. On nous mène en bateau depuis le début. D'abord les masques, puis les tests et maintenant les vaccins. Ceux qui nous gouvernent sont à la solde des grands laboratoires pharmaceutiques (le "Big Pharma"). Je ne leur fais plus confiance. Je ne veux pas entrer dans leur jeu.
      Commentaire : Certes les grands laboratoires pharmaceutiques ayant produit les vaccins feront partie des gagnants de la crise sanitaire au même titre que les GAFA et quelques autres, mais sans vaccin, on va continuer à jouer au yoyo du confinement / déconfinement pendant des années. Sans vaccination, les dégâts sanitaires, économiques, sociaux et psychologiques seraient terribles pour l'ensemble de la société qui aurait du mal à s'en remettre, si elle n'implose pas entre-temps.
      Il ne faut pas mettre dans la balance le fait que les laboratoires et surtout leurs actionnaires vont s'en mettre plein les poches (ce qui est un problème politique qu'il faudra bien traiter un jour) et la décision de se faire vacciner. "Ma vie vaut mieux que leur profit."


  • Pas de pandémie donc pas besoin de vaccins
    Le Covid 19 est une vaste machination organisée par les grands groupes mondiaux de l'industrie pharmaceutiques (Big Pharma). Les chiffres de mortalité sont falsifiés et largement surestimés. La vaccination est donc inutile.
      Sans commentaire. Big Pharma plus fort que les Etats, les compagnies aériennes, les constructeurs automobiles, le secteur du tourisme, etc. réunis !

Il existe sans doute d'autres "bonnes" raisons pour ne pas vouloir se faire vacciner, complotistes par exemple, mais j'arrête ici ce petit exercice de décentration. Malgré toute ma bonne volonté à essayer de comprendre les "anti-vaccins", il ne m'a pas fait changer d'avis sur l'intérêt de la vaccination et cela sans même avoir évoqué l'éradication grâce à la vaccination de maladies comme la rougeole, la coqueluche, l'hépatite A, les oreillons, la diphtérie, la rubéole, la polio, etc.

Rendre la vaccination obligatoire

Je vais même plus loin, je suis personnellement favorable à rendre la vaccination obligatoire. On a bien rendu obligatoire une chaîne spatio-temporelle de 1km / 1 heure par jour autour de notre domicile pendant les deux premiers confinements. Nous l'avons en très grande majorité accepté sans broncher, alors que c'était autrement plus violent en termes de restriction de liberté que deux piqûres imposées dans le bras.

Surtout, il existe des circonstances où la liberté individuelle doit céder le pas devant la liberté collective. C'est le cas notamment en cas de guerre. Or, nous sommes en guerre contre ce coronavirus qui menace nos libertés individuelles et nos vies.
Les soldats mobilisés en 1914 auraient aimé avoir à choisir entre partir au front ou être vaccinés.


Pierre Tourev, 15/01/2021, mise à jour le 26/05/2021



Accueil     Textes     Haut de page