La Toupie  >  Textes  >  Pass sanitaire : privation de liberté ou ...

Pass sanitaire : privation de liberté ou liberté supplémentaire ?

Verre à moitié vide ou verre à moitié plein ?



Le mot pass est emprunté à l'anglais, même s'il y a débat pour savoir s'il ne vaudrait pas mieux employer le mot francisé "passe". Ce qui soulève la question du genre : masculin ou féminin ? Mais le sujet n'est pas là. Tout le monde a compris que pass signifie "laissez-passer".

Un pass ou un laissez-passer, c'est une "pièce délivrée par une autorité, habilitant une personne à entrer, à sortir, à circuler librement dans une enceinte ou sur un territoire soumis à une réglementation" (CNRTL), c'est-à-dire une autorisation donnée à quelqu'un pour faire quelque chose.

Du point de vue du titulaire, le pass sanitaire est donc une liberté supplémentaire qui lui est accordée, par exemple aller au restaurant.

Les opposants au pass sanitaire, quant à eux, se placent du côté de ceux qui n'en ont pas. Ils ne peuvent pas aller au restaurant.

C'est l'image duverre à moitié plein ou du verre à moitié vide. Selon le point de vue où l'on se place, on est satisfait ou frustré.

Cependant, en voyant le verre à moitié vide, on occulte la raison de l'instauration du pass sanitaire. En période normale (hors pandémie), effectivement, un tel laissez-passer aurait été une atteinte inacceptable à la liberté de circuler. Or, nous sommes en pleine pandémie. Souvenons-nous que le premier confinement, au printemps 2020, nous imposait une privation de liberté d'une rare violence : une heure de sortie journalière à moins d'un kilomètre de son domicile ! Peu de gens se sont insurgés contre une telle mesure, car tous sentaient bien que c'était le seul moyen de mettre fin à la propagation du virus.

Depuis, les premiers vaccins sont arrivés et des variants plus contagieux du virus sont apparus. Sans la vaccination, nous vivrions une série de confinements très stricts du type de celui du printemps 2020. La vaccination a permis de les éviter, moyennant une série de mesures de protection dont le pass sanitaire fait partie.

Conclusion :
  1. Grace au pass sanitaire, ceux qui sont vaccinés (ou ont un test PCR négatif) peuvent bénéficier d'une vie à peu près normale.

  2. Grace à tous ceux qui sont vaccinés, ceux qui ne le sont pas bénéficient d'une liberté, certes un peu réduite, mais beaucoup plus grande que lors d'un confinement strict. Ils peuvent donc remercier les premiers.

Le pass sanitaire ne prive les non vaccinés d'aucune liberté. Au contraire, la vaccination des autres a permis de limiter leur perte de liberté, dont seul le virus est responsable.


Pierre Tourev, 18/08/2021



Accueil     Textes     Haut de page