La Toupie  >  Dictionnaire  >  Anticlérical, anticléricalisme

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Anticlérical, anticléricalisme


"Je n'ai jamais été anticlérical au sens réactif du terme, mais chacun doit rester à sa place. Si la religion est une démarche spirituelle, je ne vois pas pourquoi elle doit avoir des privilèges temporels."
Henri Pena-Ruiz - Interview pour le Journal L'Humanité, 11/12/2003


Définition d'anticlérical et d'anticléricalisme


Etymologie : du grec anti, contre, opposé, et de clérical, relatif au clergé, venant du latin clericatus, cléricature, fonction de clerc, avec le suffixe -isme, servant à former des mots correspondant à une attitude, un comportement, une doctrine, un dogme, une idéologie ou une théorie.

L'adjectif "anticlérical" qualifie ce qui est opposé à l'intervention, à l'action ou à l'influence des autorités religieuses et du clergé dans la vie publique et plus particulièrement dans la politique.

L'anticléricalisme désigne une attitude anticléricale. Il rassemble des idées ou des tendances marquées par l'hostilité au clergé et surtout à son ingérence dans le domaine temporel, c'est-à-dire dans la vie terrestre, dans la société. Il s'oppose au cléricalisme, pratique ou idéologie qui ne considère les questions de la vie publique qu'à partir des idées religieuses.

Exemples de mouvements anticléricaux : Originaire de France, l'anticléricalisme s'est d'abord opposé au catholicisme avec pour but d'empêcher le clergé de retrouver son influence sur la population, perdue lors de la Révolution. Porté par une grande confiance dans la République, l'anticléricalisme s'est concrétisé et réalisé avec la séparation de la religion et de l'Etat et la mise en place de la laïcité (Loi de 1905).



Accueil     Dictionnaire     Haut de page