La Toupie  >  Textes  >  La COP 28

La COP 28

Quel est l'état du climat, des engagements,
et que pouvons-nous prévoir pour la COP 28 ?



La COP 28 commence la semaine prochaine. Notre gouvernement envoie 120 délégués. Quel est l'état du climat, des engagements, et que pouvons-nous prévoir pour la COP 28 ?

Le monde produira toujours trop de pétrole ou de gaz en 2030, alerte l'ONU. Les gouvernements envisagent de produire en 2030 une quantité d'énergies fossiles plus de deux fois supérieure à celle compatible avec la limitation du réchauffement de la planète à 1,5°C, alerte un rapport copublié par l'ONU mercredi 9/11/23.

Nous savons tous que les promesses des politiciens n'engagent que ceux qui y croient. Les COPs devaient former un consensus des pays (les parties pour les spécialistes). Cet objectif s'est avéré utopique. L'engagement phare de Paris en 2015 ne sera pas tenu. D'ailleurs, la limite de 1,5°C était trop haute pour éviter des catastrophes et des situations irréversibles. Les engagements de Glasgow ne sont pas tenus, bien qu'ils n'étaient pas très impressionnants. Les engagements de Sharm El Sheik, aider financièrement les pays du Sud à surmonter les problèmes du Climat, ne sont pas tenus. Que ce soit pour le climat ou pour la paix, les dirigeants de notre Terre ne parviennent pas à se mettre d'accord de façon efficace.

Qu'en est-il de cette COP, la 28ème, à Abu Dhabi dans une semaine ? Elle se tient une année avec des records de chaleur et des records de catastrophes. Et elle a mal commencé. En janvier, le gouvernement des États Arabes Unis a nommé Al Jaber comme président de cette COP. Ce ministre est le patron de la Cie pétrolière de cet Etat et il dirige aussi une compagnie d'énergie verte. Sa priorité est visiblement dans l'activité pétrolière. Des plaintes ont été émises parce que du personnel de l'entreprise pétrolière était assigné à l'organisation de la COP 28. Et il a annoncé dans le courant de l'année des investissements massifs dans des nouveaux puits pour son pays. Il caracole dans le monde de congrès en discussion, pour promouvoir sa vision, C'est-à-dire satisfaire les demandes des pays consommateurs, tout en les exhortant à s'engager à réduire plus. Sa COP sera un succès des promesses, qui ne sont pas coercitives. Donc qui ne seront pas plus tenues que les précédentes.

Dernier détail piquant. Selon l'AP, les compagnies pétrolières ont envoyé 400 personnes dans les rangs de délégations diverses pour orienter les textes finaux vers des décisions qui leur seront favorables. L'AP prévoit la même chose cette année. Par ailleurs, McKinsey abuserait de sa position de consultant dans le même sens: protéger les intérêts pétroliers.

Au sujet des fonds aux pays du Sud. C'est une question de justice, que je soutiens, mais ce n'est pas une question de climat. Ces pays n'émettent pas des gaz à effet de serre comme nous. Améliorer leurs systèmes énergétiques ne va pas changer grand-chose au climat mondial.

Ami lecteur, tu seras d'accord avec moi pour exiger que la COP prenne des mesures indispensables pour notre survie dans le cadre limité des émissions de gaz à effet de serre. La logique veut que l'on cesse les guerres, toutes les guerres. Que l'on cesse de creuser de nouveaux puits et de nouvelles mines (des investissements pour 20, 30 ans qui produiront pendant cette période). Que les personnes aisées réduisent leur consommation. Soyons sérieux. Penses-tu qu'Al Jaber va soutenir ces mesures ? Appliquer ces mesures ne va pas assurer notre survie, d'autres dangers mondiaux comme la 6ème extinction de masse doivent aussi être résolus.

Toutes ces mesures vont réduire le niveau de vie des sociétés développées et elles vont freiner l'industrialisation des pays en développement. Plutôt mourir! disent-ils "Comme tu veux" répond la Nature, "tu mourras".

Il y a cependant un espoir: la baisse de l'activité économique (en Allemagne, en Chine) et en conséquence la baisse de la demande en hydrocarbures. Un Deus Ex Machina.


Marc, La Page de Marc, n°75, 21/11/2023



Accueil     Textes     Haut de page