La Toupie  >  Dictionnaire  >  Habitus

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Habitus


"L'habitus est le produit du travail d'inculcation et d'appropriation nécessaire pour que ces produits de l'histoire collective que sont les structures objectives (e. g. de la langue, de l'économie, etc.) parviennent à se reproduire, sous la forme de dispositions durables, dans tous les organismes (que l'on peut, si l'on veut, appeler individus) durablement soumis aux mêmes conditionnements, donc placés dans les mêmes conditions matérielles d'existences"
Pierre Bourdieu - 1930-2002 - Esquisse d'une théorie de la pratique


Définition de Habitus


Etymologie : du latin habitus, manière d'être, aspect extérieur, conformation physique, attitude, contenance, dérivé du verbe habere, avoir, posséder, être maître de, avoir en soi, avoir sur soi, porter (un vêtement...).

Le terme habitus est la manière d'être, l'allure générale, la tenue, la disposition d'esprit, de quelqu'un ou de quelque chose.

En médecine, l'habitus est l'apparence générale du corps humain vue comme le reflet de l'état de santé ou de la maladie d'une personne.

En sociologie, l'habitus est la manière d'être, l'ensemble des habitudes ou des comportements acquis par un individu, un groupe d'individus ou un groupe social.

La notion d'habitus remonte à l'Antiquité grecque sous le terme "hexis", traduit au Moyen Age par habitus. Pour Aristote (384-322 av. JC), l'hexis ne se réduit pas à la seule habitude, accoutumance produite par la répétition, il y rattache la notion de vertu qui n'a pas un caractère entièrement automatique.

Le sociologue Marcel Mauss (1872-1950) voit dans l'habitus un "lien" englobant des dimensions diverses d'ordres physique, psychique, social et culturel qui en fait une notion importante pour son concept de "l'homme total".

En France, le therme habitus< a été popularisé par le sociologue Pierre Bourdieu (1930-2002). Pour lui, l'habitus correspond au fait de se socialiser au sein d'un peuple traditionnel, formant ainsi un "système de dispositions réglées" acquises par ajustement spontané entre les contraintes imposées à l'individu et ses espérances ou aspirations propres. L'habitus permet d'expliquer que des individus, appartenant à une même catégorie sociale, à un même groupe, placés dans des conditions analogues aient une vision du monde, des idées, des comportements, des goûts similaires.
"Le rôle des socialisations primaire (enfance, adolescence) et secondaire (âge adulte) est très important dans la structuration de l'habitus. Par le biais de cette acquisition commune de capital social, les individus de mêmes classes peuvent ainsi voir leurs comportements, leurs goûts et leurs "styles de vie" se rapprocher jusqu'à créer un habitus de classe. Chacune des socialisations vécues va être incorporée (les expériences étant elles-mêmes différentes selon la classe d'origine) ce qui donnera les grilles d'interprétation pour se conduire dans le monde. L'habitus est alors la matrice des comportements individuels, et permet de rompre un déterminisme supra-individuel [.]. Cet habitus influence tous les domaines de la vie (loisirs, alimentation, culture, travail, éducation, consommation...)." (Wikipédia)



Accueil     Dictionnaire     Haut de page