La Toupie  >  Dictionnaire  >  Pensée de groupe

"Toupictionnaire" :
Le dictionnaire de politique


Pensée de groupe



Définition de pensée de groupe


L'expression pensée de groupe (ou groupthink en anglais) a été créée en 1971 par l'américain Irving Janis (1918-1990), chercheur en psychologie, pour décrire un phénomène néfaste qui peut intervenir dans le mode de pensée et la prise de décision au sein d'un groupe. Le choix effectué par le groupe donne l'illusion d'une décision pertinente et d'un accord global entre les membres sans que la situation soit appréhendée de façon réaliste.
    Irwin Janis en donne cette définition : "Un mode de pensée dont les gens usent lorsqu'ils sont profondément impliqués dans un groupe uni, quand le désir d'unanimité des membres outrepasse leur motivation à concevoir d'autres solutions de façon réaliste, au détriment de la personnalité des individus".
La pensée de groupe est parfois appelée pensée groupale ou effet Janis. Elle conduit à des décisions mauvaises ou inadaptées alors qu'à titre personnel tout ou partie des membres du groupe auraient effectués un autre choix. Ce phénomène paradoxal est dû au fait que chaque individu essaie de conformer son avis à ce qu'il croit être l'opinion consensuelle du groupe. En effet, il est plus important pour lui de préserver la cohésion du groupe et d'éviter les conflits que de faire des choix pertinents. L'individu se persuade que la décision du groupe est un compromis pour lequel chaque membre a fait des concessions.

Outre des décisions inappropriées, la pensée de groupe peut engendrer de la frustration ou de la démotivation et prendre des formes extrêmes avec, par exemple, des décisions totalement irrationnelles ou des effets de foule.

Les symptômes de la pensée de groupe :
  • L'illusion de l'invulnérabilité : le groupe se croit spécial et intouchable ;

  • La rationalisation collective : le groupe se considère davantage soudé quand il justifie collectivement ses actions ;

  • La croyance en la supériorité morale et intellectuelle du groupe : il a alors tendance à ignorer sa propre immoralité ou ses faiblesses ;

  • L'opposant est transformé en stéréotype : il est considéré avec partialité ou avec des préjugés, ses opinions sont ignorées ;

  • La pression de la conformité : pour que les individus s'alignent sur la volonté du groupe, sinon ils sont ostracisés, voire sanctionnés ou expulsés ;

  • L'autocensure : les individus préfèrent taire leurs opinions divergentes, plutôt que de se mettre en désaccord avec le groupe ; leurs avis sont modérés ou ambigus ;

  • L'illusion de l'unanimité : les dissensions internes sont masquées et semblent inexistantes ;

  • Des gardiens de la pensée auto-désignés : certains membres s'emploient activement à protéger le groupe de toute dissidence ou opinion contraire.



Accueil     Dictionnaire     Haut de page