La Toupie  >  Dictionnaire  >  Suffrage universel

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Suffrage universel



Définition du suffrage universel


Le suffrage universel est un suffrage où le droit de vote est accordé à tous les citoyens qui ont la capacité électorale, c'est-à-dire sous certaines conditions minimales d'âge, de nationalité, de capacité morale et d'inscription sur les listes électorales. Il n'est fait aucune distinction de sexe, de race, de fortune, de religion, de profession...

Le suffrage universel cherche à associer le plus grand nombre possible de citoyens au fonctionnement du système politique et au choix de leurs dirigeants. Dans un régime démocratique, le suffrage universel est le fondement de la souveraineté populaire dont il est le moyen d'expression, et de l'égalité entre tous les citoyens dont chacun détient une parcelle du pouvoir.

En France, inspiré par les idées de Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) et défendu au début de la Révolution française par Emmanuel Joseph Sieyès (1748-1836), le suffrage universel masculin a été instauré par la Constitution montagnarde de 1793 sous la Convention nationale, mais sans être appliqué. Rétabli sous la Constitution de l'an VIII, il sera à nouveau instauré sous la IIe République par les décrets des 2 et 5 mars 1848. Il ne sera total qu'en 1944, avec le droit de vote des femmes.

Sur le Monument à la République, réalisé par le sculpteur de Léopold Morice et inauguré en 1883, place de la République à Paris, le suffrage universel est symbolisé par une urne gardée par un lion.

La notion de suffrage universel peut également s'appliquer au sein d'organisations : associations, partis politiques, etc.

Le suffrage universel s'oppose à des formes restreintes de suffrages, comme le suffrage censitaire où seuls les électeurs acquittant un impôt d'un montant déterminé, appelé "cens", peuvent voter.



Accueil     Dictionnaire     Haut de page