La Toupie  >  Dictionnaire  >  Produit intérieur brut > Les limites du PIB

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Les limites du Produit intérieur brut (PIB)




Les limites du Produit intérieur brut (PIB)


Le Produit intérieur brut (PIB) mesure la production totale de biens et services réalisée à l'intérieur d'un pays pendant une période donnée. Voir la définition du PIB. Sa croissance est considérée comme une mesure de la santé économique d'un pays.

Que ce soit par son évolution ou par son ratio par habitant, le Produit intérieur brut n'est qu'une mesure globale, une moyenne. Il ne permet d'appréhender ni les inégalités sociales ni leur évolution. On peut très bien avoir un PIB moyen qui augmente alors que les revenus (qu'il est censé mesurer) diminuent pour une majorité de la population et augmentent fortement pour une minorité, ce qui renforce les inégalités.

Le calcul du PIB s'appuie sur la comptabilité nationale, donc sur ce qui est déclaré à l'Etat. De ce fait, il ne prend pas en compte :
  • le travail non rémunéré, celui que l'on fait pour soi-même (le travail domestique par exemple)
  • le bénévolat,
  • ce que l'on produit pour soi-même (son verger, son potager,...) encore appelée l'autoconsommation.
  • la production encaissée en liquide et non déclarée,
  • le travail "au noir",
  • les activités illégales...

Ce que le PIB mesure et qui n'apporte rien à la société :
  • les services facturés inutiles ou inutilisés.

Ce que le PIB n'intègre pas du fait qu'il ne mesure que des flux annuels de production et non un patrimoine :
  • les dégâts causés à l'environnement,
  • les richesses naturelles ou leur épuisement,
  • l'impact d'une catastrophe naturelle, d'une guerre...
  • les créances douteuses (crédit dont on sait que l'emprunteur ne pourra pas le rembourser)
Ainsi lors d'une pollution, on comptabilisera à la fois la production qui a contribué à la pollution et la production nécessaire à la dépollution, le tout pour un résultat nul. De ce point de vue, le PIB n'est pas incitatif à la réduction de la pollution.

Le PIB ignore aussi ce qui est qualitatif, comme le bien-être, les loisirs, la sécurité, le niveau d'éducation, la liberté...

En outre, le PIB comptabilise de la même manière ce qui est bénéfique à la société (ex : les médicaments) et ce qui lui porte préjudice (ex: industries polluantes, armement...) ou ce qui est inutile.

Les économistes sont conscients des limites du PIB et s'intéressent davantage à son évolution qu'à son niveau absolu, l'important étant qu'il soit calculé de la même manière d'une année sur l'autre. Par ailleurs, ils considèrent en général que la croissance du PIB et la diminution du chômage sont corrélées (loi d'Okun).

Etant avant tout une mesure comptable, le Produit intérieur brut ne peut prétendre mesurer le bien-être et encore moins le bonheur. C'est la raison pour laquelle commencent à apparaître de nouveaux indicateurs comme l'IDH (indice de développement humain) qui tentent de mieux appréhender le bien-être social.



Accueil     Dictionnaire     Haut de page