La Toupie  >  Dictionnaire  >  Tyrannie

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Tyrannie


"Toutes les fois que la tyrannie s'efforce de soumettre la masse d'un peuple à la volonté d'une de ses portions, elle compte parmi ses moyens les préjugés et l'ignorance de ses victimes."
Condorcet - Esquisse d'un tableau historique des progrès de l'esprit humain, 1795


Définition de la tyrannie


Etymologie : du grec turannos, maître, dominateur.

Dans l'Antiquité grecque, la tyrannie est un pouvoir absolu conquis par la force et illégalement, après un coup d'Etat, usurpant l'autorité légale, souvent grâce à la faveur populaire.

Les historiens distinguent les tyrannies des VIIe et VIe siècle avant JC de celles du IVe siècle avant JC.
  • Dans les premières, le tyran dispose du soutien des classes populaires qui cherchent à limiter la domination des riches propriétaires terriens. La tyrannie a pour but de lutter contre les excès de l'aristocratie, de l'oligarchie, souvent à la suite de crises économiques.
    Exemples : Phidon à Argos, Cypsélos à Corinthe et Pisistrate (v. -600 à ­ 527) à Athènes. Ayant souvent favorisé l'activité économique, ces tyrannies préparent la transition de la royauté vers la démocratie.

  • Les secondes avec, notamment, les tyrans Denys l'Ancien (-430 à -367) et son fils Denys le Jeune à Syracuse établissent leur pouvoir par la menace des armes contre toute forme d'opposition démocratique.

Par extension de la seconde des deux formes précédentes, la tyrannie désigne de nos jours tout pouvoir injuste, cruel et ne respectant pas les lois.

Au sens figuré, la tyrannie est une autorité exercée de manière absolue et oppressive. Appliquée aux choses, elle est un pouvoir irrésistible et contraignant (exemples : la tyrannie de la mode, la tyrannie de l'émotion).



Accueil     Dictionnaire     Haut de page