La Toupie  >  Dictionnaire  >  Stalinisme

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Stalinisme



Définition du stalinisme


Etymologie : du nom de Joseph Staline, "l'homme d'acier" en russe (Jossip Vissarionovitch Djougatchvili, 1879-1953), homme d'Etat et dirigeant de l'Union Soviétique de 1924 à 1953.

Le stalinisme désigne le mode de gouvernement de l'URSS pendant la période où Joseph Staline fut au pouvoir, ainsi que les régimes mis en place par ceux qui s'en sont inspirés, comme Enver Hoxha en Albanie ou Kim Il Sung en Corée du Nord.

Le stalinisme prend la forme d'une dictature d'un parti unique (parti communiste) ou d'un leader autocratique qui impose sa politique de manière tyrannique par la répression, la terreur et l'élimination physique des adversaires politiques ou considérés comme tels.

Staline n'était pas un théoricien ni un idéologue, mais plutôt un propagandiste et un opportuniste sachant prendre ses adversaires à contre-pied et en faire "des traîtres". Aussi, plus qu'une théorie politique, le stalinisme désigne essentiellement un ensemble de pratiques. Celles-ci se caractérisent par :
  • le culte de la personnalité, du leader ainsi que des "anciens" (Marx, Lénine),
  • l'absence de débat et d'opposition au sein du parti unique dirigé par le seul secrétaire général (Staline en URSS),
  • une propagande très active,
  • l'élimination systématique des opposants, la déportation de masse, l'organisation de famines pour mater des peuples rebelles, des purges pour juger des "traîtres" dans des procès joués d'avance, le Goulag,
  • un Etat fort et autoritaire qui supprime de nombreuses libertés individuelles,
  • la nationalisation des moyens de production,
  • une économie planifiée,
  • l'exaltation du travail et du dévouement du salarié,
  • la théorie du "socialisme dans un seul pays", par opposition à la révolution internationale prônée par Lénine et Trotsky.

Dès les années 1920, le terme "stalinisme" a été utilisé par les trotskistes, les communistes libertaires, les luxemburgistes, les conseillistes et différents socialistes révolutionnaires pour dénoncer le régime de l'URSS et le différencier du bolchevisme ou du marxisme.

Après la mort de Staline, l'URSS et les pays d'Europe de l'Est se démarquent du stalinisme et de ses crimes sans toutefois en changer les fondements. Khrouchtchev se contentera de désigner les crimes staliniens d'"excès" et de "déviations". A partir des années 1960, seuls la Chine Populaire de Mao Zedong et les régimes, mouvements ou guérillas maoïstes (Albanie, Khmers rouges, Sentier lumineux...) se réclament du stalinisme.



Accueil     Dictionnaire     Haut de page